Tchernobyl : une oasis pour les animaux et les plantes

Dans l’imaginaire collectif, le paysage post-atomique typique est une terre désolée, aride et inhabitée, où tout être vivant est mort ou a fui pour toujours. Imaginez maintenant une région verte, épaisse d’arbres, peuplée de loups, d’élans et de bisons, où aucune voiture ne vient perturber les habitudes de l’abondante faune locale. Il ressemblerait à un paysage d’Europe du Nord ou d’Alaska au printemps, une région où les conditions climatiques hivernales et l’éloignement des villes ont empêché toute implantation humaine. C’est plutôt le scénario qui se présente à la frontière entre l’Ukraine et le Belarus, dans les environs de Pripyat. Devenue tristement célèbre au siècle dernier pour avoir été le théâtre de la catastrophe atomique de Tchernobyl, avec la centrale nucléaire du même nom située à trois kilomètres de là, Pripyat est aujourd’hui une ville fantôme qui n’a pas changé depuis 33 ans, lorsque près de 50 000 habitants l’ont abandonnée en quelques jours. Aujourd’hui, ses rues sont habitées par les racines des arbres qui reconquièrent lentement l’endroit.

Plus de 90 000 personnes sont mortes 

Ici, le 26 avril 1986, suite à une erreur technique lors d’un test, une explosion dans le réacteur numéro 4 a provoqué la dispersion dans l’air d’une quantité de radiations supérieure à celle provoquée par les bombes atomiques américaines larguées sur Hiroshima et Nagasaki en 1945. Le gouvernement soviétique, qui a d’abord tenté de dissimuler les implications réelles de l’accident, a dû évacuer des milliers de personnes, dont beaucoup n’ont pas pu revenir car l’accès à la zone, appelée zone d’exclusion, était interdit au personnel non autorisé, comme c’est encore le cas aujourd’hui.

Bien que seule une cinquantaine de victimes ait été officiellement déclarée, le bilan reste controversé, mais on pense qu’au moins 4 000 personnes sont mortes dans les jours qui ont suivi l’explosion, principalement les « liquidateurs », c’est-à-dire les personnes chargées de sécuriser la centrale et de gérer l’évacuation, ou à long terme en raison de l’exposition à des niveaux excessifs de radioactivité. Parmi les personnes âgées de moins de 18 ans et vivant dans la zone touchée, 6 000 cas de cancer de la thyroïde ont été diagnostiqués entre 1986 et 2006. Un autre effet, considéré aujourd’hui comme ayant le plus grand impact sur la santé, et relativement peu étudié, surtout ces derniers temps, est celui sur la santé mentale, avec une incidence beaucoup plus élevée d’anxiété, de dépression, de stress post-traumatique et de tendances suicidaires chez les liquidateurs et les populations touchées par la catastrophe que dans le reste du monde. Aujourd’hui, certaines estimations suggèrent que plus de 90 000 personnes sont mortes à la suite de cet épisode.

On pensait que l’impact de l’explosion atomique, avec le nuage qui a atteint l’Europe occidentale et s’est abattu sur l’Italie, aurait été irréversible même sur la population animale et végétale de la région, à l’époque frontière occidentale d’une Union soviétique en déclin. Au lieu de cela, plus de 30 ans plus tard, la biodiversité et la richesse des populations d’élans, d’ours bruns, de renards, de chevaux de Przewalski (qui étaient presque éteints et qui se sont multipliés ici sans être dérangés), mais aussi d’oiseaux et de rongeurs est surprenante, non seulement égale à celle d’avant la catastrophe, mais même à l’implantation humaine dans la région (Pripyat a été construite en 1970 pour loger les travailleurs de la centrale électrique, et s’est rapidement étendue). La population de loups est jusqu’à sept fois plus importante que celle des autres régions du monde présentant des caractéristiques géographiques et météorologiques similaires. Cette abondance est due à l’absence totale de l’homme et peut donner une idée de ce qu’il adviendrait des milieux habités aujourd’hui si un jour ils étaient abandonnés, ou même si l’homme venait à disparaître.

Les animaux de la région ne sont pas exposés à l’iode 131

Les scientifiques ne sont pas tous d’accord sur les conséquences à long terme de l’explosion sur l’environnement local, principalement en raison de l’absence de données consensuelles sur les quantités de radiations et leur variation au fil des ans. Certains pensent que la contamination est généralisée et que la vie présente dans la région est endommagée. Parmi ces chercheurs figure Anders Pape Møller, un écologiste de l’Université de Paris qui étudie Tchernobyl depuis près de trente ans : ses recherches, un recueil massif de données sur les anomalies chez les animaux, ont montré les effets de la radioactivité sur les hirondelles, y compris des mutations visibles de l’extérieur comme l’albinisme partiel de leurs plumes.

À l’inverse, un rapport établi en 2006 par le Forum Tchernobyl (un comité d’experts réuni par les Nations unies et l’Agence internationale de l’énergie atomique) a montré que, si la radioactivité est toujours élevée et nocive dans la forêt rouge, elle a été divisée par plusieurs centaines dans la plupart des régions environnantes par rapport aux niveaux enregistrés immédiatement après le 26 avril 1986. Aujourd’hui, il semble que la zone d’exclusion soit devenue un sanctuaire de biodiversité. James Beasley, écologiste à l’université de Géorgie, a souligné que, contrairement à l’équipe d’intervention qui a travaillé à Tchernobyl immédiatement après l’accident et a subi une quantité létale de radiations, les animaux de la région ne sont pas exposés à l’iode 131, une substance radioactive très agressive qui disparaît en un temps assez court. Cela a permis aux espèces animales de survivre et de se reproduire. Cela ne signifie pas que les plantes et les animaux sont aussi sains que ceux des zones vierges d’autres régions du monde.

Les recherches de Beasley et de ses collègues ne portent pas sur ce point, mais sur le suivi de la prospérité des espèces, due principalement à l’absence d’humains et en partie au fait que les animaux se reproduisent plus vite que les effets secondaires des radiations ne les tuent. Avant que les maladies ne suivent leur cours, elles ont le temps de se multiplier ou de mourir d’autres causes. En substance, les dommages causés à leurs organismes par les radiations ne sont pas macroscopiques ou du moins pas au point d’interférer avec la vie et la préservation de l’espèce.

Les effets de l’énergie nucléaire sur l’environnement

Tree Project a participé à une étude internationale sur la richesse de la biodiversité dans la zone d’exclusion : en étudiant les images prises par des caméras, placées au fil des ans dans différentes zones, de grands mammifères, d’oiseaux, d’amphibiens, et en analysant les poissons, les bourdons, les vers, les bactéries et la décomposition des feuilles, il a montré l’absence d’effets significatifs des radiations sur ces populations. De graves problèmes ont été constatés en particulier chez les oiseaux, dont certains ont un cerveau plus petit que la normale et des problèmes de fertilité, tandis que d’autres espèces montrent une grande capacité d’adaptation aux environnements contaminés ; l’organisme de certains oiseaux a appris à utiliser les antioxydants d’une manière différente, résistant mieux aux radiations, tout comme la coloration plus foncée des amphibiens à l’intérieur de la zone par rapport à leurs homologues à l’extérieur pourrait être une stratégie défensive. La faune souffre toujours des radiations, mais elle est plus résiliente et adaptable que nous le pensions et, en l’absence d’humains, elle prospère.

Pouvoir étudier les effets de l’énergie nucléaire sur l’environnement aujourd’hui est une excellente occasion d’évaluer les conséquences possibles en cas de catastrophe, étant donné qu’il existe aujourd’hui 454 centrales nucléaires actives dans le monde et 54 autres en construction. L’énergie nucléaire est une ressource énergétique relativement respectueuse de l’environnement – du moins par rapport à d’autres qui sont encore très répandues et largement exploitées – et plutôt sûre, à condition d’utiliser les précautions et les protocoles de sécurité nécessaires, en connaissant les conséquences négatives, surtout maintenant que l’environnement est constamment menacé.

La zone d’exclusion de Pripyat est désormais un laboratoire idéal pour les chercheurs qui étudient les effets des radiations sur les plantes et les animaux, mais aussi pour ceux qui étudient la propagation et le comportement de la faune en l’absence d’humains. Une autre raison pour laquelle Tchernobyl est un laboratoire à ciel ouvert si exceptionnel est qu’il offre de nouvelles perspectives sur l’impact du changement climatique : par exemple, parce que la zone est le théâtre de nombreux incendies spontanés, qui deviennent maintenant aussi de plus en plus fréquents dans les zones urbaines abandonnées en Europe, précisément à cause de l’urgence climatique. La zone entourant la centrale nucléaire représente une occasion unique d’étudier les effets d’une catastrophe nucléaire en relation avec la crise climatique.

Pour ne pas gâcher ces enseignements, il est essentiel de préserver au maximum la zone, en évitant de l’endommager, par exemple en créant des réserves naturelles comme celle de Polésie, dans la partie biélorusse de la zone contaminée. Du côté ukrainien, cependant, le tourisme des villes fantômes est également arrivé à Pripyat, qui a accueilli l’année dernière sa première rave party. Dans leurs combinaisons de protection, à l’ombre de la grande roue rouillée, les participants ressemblaient à des explorateurs venus du futur pour voir comment les gens vivaient autrefois sur Terre. D’une catastrophe sans précédent comme celle qui s’est produite à Tchernobyl, on peut profiter pour étudier les changements dans l’environnement et, tout en ne remboursant pas les immenses dommages causés aux personnes, aux animaux et à la santé de l’écosystème en général, évaluer ainsi les meilleures façons de gérer des situations similaires et préciser ce qui pourrait nous attendre demain.

En vous apprenant à mieux connaître la nature et la résilience des animaux, la région de Tchernobyl vous aide à regarder d’un œil différent les dommages potentiels que les humains sont capables de causer à la planète et en même temps le peu d’impact qu’on peut avoir sur son milliard d’années de vie.

Comment apprendre à vos enfants à être éco-conscients en voyageant ?